Angel Cake

10 mars 2015

Cake de Panna Cotta

 

 Je n'ai plus le temps comme avant de me balader sur les blogs des uns et des autres. J'ai mes préférés, dont je reçois généralement directement des nouvelles dans la boîte mails et pour les autres, je passe toujours par ce bon vieux blog-appetit. Ce qui est assez amusant, c'est que même en "blind-test" finalement, j'atterris toujours sur les mêmes blogs. Rien que le titre des recettes (puisque rien d'autre n'est mentionné), m'amène au hasard sur des sites que je découvre parfois, mais aussi souvent sur lesquels je suis heureuse de revenir. Et justement, ce qui est amusant, c'est que mon instinct me porte toujours vers les mêmes. Que vous trouverez d'ailleurs dans mon listing de mes sites préférés dans la colonne de droite de ce blog. Je crois que j'aime leur authenticité, leurs recettes simples, de bon goût et parfois originales. Les blogs que j'aime finalement n'ont pas forcément des looks de pros, mais les photos et les textes restent soignés. Ce sont des blogs où je sens vraiment la "patte" du blogueur, qu'il soit relativement connu ou pas, mais qu'il garde son intégrité vagabondant en dehors des modes, des séries télés ou de certains chemins commerciaux. 

Aujourd'hui, sur mon propre petit blog sans prétention, un autre dessert sans prétention mais néanmoins succulent: de la panna cotta. En fait, au-delà de la recette, somme toute basique, c'est surtout la présentation qui m'avait intriguée quand je l'avais vue dans un magazine. Et c'est vrai qu'une panna cotta préparée de cette façon, c'est drôlement plus convivial que des petits pots individuels, certes plus chics. Parfait donc pour un lunch entre copains. 

Source : CVF juin juillet août 2014

 

cake panna cotta 1

 

CAKE DE PANNA COTTA
1 litre de crème liquide
6 feuilles de gélatine
100g de sucre en poudre
2 gousses de vanille

Faire ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.

Verser la crème et le sucre dans une casserole. Ouvrir les gousses de vanille et gratter les graines noires. Les ajouter à la crème ainsi que les gousses. Faire chauffer doucement jusqu’à frémissement tout en remuant. Faire cuire 5mn quand la crème frémit.

Hors du feu ajouter la gélatine essorée et mélanger avec la spatule en bois.

Tapisser un moule à cake de film étirable et verser la préparation (attendre éventuellement qu’elle refroidisse un peu afin qu’elle ne fasse pas fondre le film si ce dernier est trop fragile). Placer au frigo au moins 8 heures.

Avant de servir, démouler le cake de panna cotta sur un plat et proposer un coulis de fruits frais pour l’accompagner.

 

panna cotta2

Posté par tellou à 18:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 février 2015

Brioche aux pralines...à se damner

brioche pralines 1

La monomaniaque de la praline a encore frappé. Que voulez-vous: après une semaine de travail, le week-end commence chez moi par le façonnage de la brioche "dominicale" - sauf qu'au Moyen-Orient, le dominical est le vendredi. Bref, encore une brioche aux pralines (nos préférées) et parmi les meilleures. 

Innovation technique avec l’utilisation d’une étude. Innovation de la recette en utilisant celle d’ISCA et innovation pour le façonnage.

On commence par l’étuve. Un ami avec qui je partage une certaine passion pour la cuisine avait investi et depuis, se délectait de pains divers et variés. Et me la recommandait chaudement. Et c’est vrai que rien qu’en goûtant la focaccia qu’il réalisait, cela donnait envie d’encombrer un peu plus les placards. Les amis étant ce qu’ils sont (des amis donc….) ils m’ont gentiment offert le joujou pour mon anniversaire. Et là, comme on dit ici au Moyen-Orient : « Yallah !». L’étuve permet une poussée uniforme et de vraiment contrôler l’environnement (humidité, chaleur) quand on veut faire des pains. Et comment vous dire….quand on est Français expatrié, le bon pain c’est le graal absolu. Et comme on ne le trouve pas ou peu, le mieux reste parfois encore de le faire.  Je parle ici de pain...mais bien entendu, l'étuve est extra pour les brioches aussi! Des poussées régulières, à bonne température et avec le bon taux d'humidité permet d'obtenir des brioches hyper moelleuses. 


Ensuite, la recette des pains aux lait d’ISCA. Je suis une fidèle de son blog et chaque fois qu’elle fait de la boulange sucrée, cette recette en est la base. J’ai donc voulu essayé sa base avec ma monomaniaquerie de la brioche aux pralines. Et je n’en suis absolument pas déçue. La pâte est parfaite, moelleuse, filante. Et cette recette pour une brioche aux pralines, cela donne une de mes meilleures brioches.

Enfin, le façonnage. J’adore le tressage des challahs. Du coup, quand j’ai vu la méthode de la challah ronde chez Creative Jewish Mum, j’ai tenté. Super facile et résultat super chouette. Que demander de plus ?

brioche pralines 2

BRIOCHE AUX PRALINES (A se damner..)

Ingrédients :
500g de farine t45
250g de lait
2cc de levure de boulanger
1 œuf
50g de sucre
10g de sel
70g de beurre
2 belles poignées de pralines

Faire tiédir le lait et le sucre. Ajouter la levure et laisser reposer 10mn pour la réactiver (le mélange mousse)

Dans le bol du robot équipé du crochet, mélanger la farine, le sel, le beurre et le mélange au lait. Pétrir 10mn sur vitesse lente.

Recouvrir le bol d’un torchon et laisser pousser jusqu’à ce que la pâte double de volume

Ajouter les pralines, chasser l’air et façonner la brioche.
Ici j’ai fait un tressage de challah ronde à 4 brins

Laisser lever une deuxième fois jusqu’à ce que la brioche double de volume.
Enfourner 30mn à 180°

 

brioche pralines 3

17 février 2015

C'est mercredi...c'est Carême. .

 

Hop hop demain commence Carême avecle Mercredi des Cendres. Plus les années passent, et plus j'attends cette période de l'année avec impatience. Non par masochisme, mais parce qu'elle m'apporte une grande joie. Chaque année, le temps de Carême est un temps un peu de latence pour se préparer au meilleur. C'est un temps parfois sombre, mais qui nous permet de redécouvrir la lumière. C'est un temps parfois douloureux, mais qui nous permet d'autant plus d'apprécier la joie.

Comme chaque année, je vais aussi me connecter à Retraite dans la Ville

Carême dans la Ville 2015 : Un carême de Joie"

 

10 février 2015

Pudding de potimarron

Ahhh le goût de châtaigne/noisette du potimarron et aures courges butternut. C'est doux, sucré et coloré: de quoi apporter un peu de bonheur dans l'assiette. C'est aussi un ingrédient très versatile: en salé comme ici ou en sucré comme dans le cheesecake, la tarte au potiron ou le cake.

Voici donc une autre recette sucrée. Quand on aime.... La recette est tirée du Elle à table. Je dois avouer qu'à la réalisation, et bien que la recette mentionne "pudding", je ne m'attendais pas forcément à cette consistance mi flan, mi gâteau. Consistance de pudding donc. Si je n'ai pas été immédiatement convaincue, mes amies en revance m'en ont redemandé. Elles ont adoré. Et je dois avouer que le jour d'après, il était encore meilleur et a fini de me convaincre. 

Source: Elle à Table

pudding potimarron1

PUDDING DE POTIMARRON

500 g de potimarron non épluché
1 c. à café de poudre à lever
2 c. à café de cannelle en poudre
1 c. à café de quatre-épices
160 g de farine
120 g de sucre de canne complet
3 œufs
1 banane très mûre
25 g d’huile d’olive
1 c. à café de vanille liquide
30 g d’écorces d’orangeconfites

 

Couper le potimarron en deux, puis en morceaux, sans l’éplucher, ôter les graines, et le faire cuire 10mn à la cocotte minute (ou 20mn dans une casserole d’eau bouillante). Égoutter et écraser en purée.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la poudre à lever, les épices et une pincée de sel.

Préchauffer le four sur th. 6/180°.

Dans un grand saladier, battre le sucre avec la banane écrasée et les œufs, jusqu’à ce que le mélange commence à mousser légèrement. Continuer à battre en incorporant l’huile.

Incorporer ensuite la purée de potimarron, la vanille, le mélange farine-épices, puis les écorces d’orange coupées en petits dés.

Verser la pâte dans un moule à manqué de 24 cm de diamètre et faire cuire 45 mn. Laisser tiédir avant de démouler. Servir tiède ou frais.

 

pudding potimarron 2

Posté par tellou à 13:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 février 2015

Le Carlton de Lille, la Chasteté et Dirty Dancing

chasteté

 

L’affaire du Carlton de Lille et l’ouverture du procès donne l’occasion de lire plein de détails croustillants (voyeurs ?) autant que pitoyables pour ne pas dire scabreux.

Devant cette débauche de pratiques sexuelles, de corps nus dans tous les sens, de corps tarifés exploités, j’ai pensé que peut-être, un petit rappel sur la chasteté pouvait s’imposer.

Et là je vous vois arriver : « ahhhhhrrrgggh, la catho va encore nous servir son couplet sur le NO SEX ». Donc déjà, premier point : j’ai bien écrit « chasteté » et pas « no sex ». C’est pas la même chose.

On reprend donc à la base : l’homme est un tout intègre. On ne peut pas dissocier son corps de son âme. C’est un être de chair et un être spirituel. Quand l’homme se donne (notamment sexuellement), il se donne tout entier, corps et âme. Il reçoit aussi tout entier, corps et âme.

La chasteté c’est respecter cette unité. Ne pas l’altérer. Ne pas lui nuire. Que cela vienne de nous, ou que cela vienne des autres. Je ne suis pas chaste quand je considère que mon corps n’est qu’un corps finalement et que je m’en sers de manière qui ne me satisfait pas totalement spirituellement (une grosse partouze au Carlton de Lille par exemple). Je ne suis pas dans une relation chaste quand je vends ce corps (pour des relations tarifées au Carlton de Lille par exemple ou dans le réseau de Dédé la saumure). Mais là, j’ouvre la parenthèse pour dire que dans ce cas-là, de prostitution, je ne pense pas que ce soit voulu. Je suis de celles qui considèrent que la prostitution est une violence envers les femmes et que non, on ne choisit pas ce « métier », mais que bien des conditions sociales, économiques, peuvent nous y conduire. Je referme la parenthèse.

Je ne suis pas dans une relation chaste non plus, quand je cherche à posséder quelqu’un. Parce qu’en cherchant à le posséder, je le prive de son intégrité physique et morale. Cela peut s’appliquer dans le cas de relations sexuelles, mais aussi dans le cadre amical (être engagé dans des relations avec des pervers narcissiques et de grands manipulateurs), ou professionnel (harcèlement physique ou moral au travail par exemple).

La chasteté, c’est ne pas vouloir posséder l’autre. C’est pour cela que c’est un concept particulièrement pertinent dans le cadre sexuel. Parce que les relations sexuelles sont propices à des relations dominant/dominé, ou à des moments où l’on laisse plus parler ses instincts, sans se respecter soi-même, ni respecter le corps de l’autre. (relire ici les témoignages des prostituées « offertes » lors des soirées pour businessmen).

La chasteté c’est permettre la liberté de l’autre, pour qu’à deux (parce que oui, c’est marrant hein, l’Eglise catholique n’est pas très pour les ébats à 3 voire plus), l’amour puisse s’exprimer et grandir.

Il est vrai que l’Eglise catholique du coup pousse le concept un peu loin (trop, à mon sens), en ne se concentrant essentiellement que sur les relations sexuelles et donc en les limitant dans le cadre du mariage. Je ne parle pas ici du passage du catéchisme consacré à la chasteté chez les homos, ça me ferait pleurer. D'autant que le cadre du mariage ne garantit pas des relations chastes (le viol et les violences conjugales ça existe...). 

Pour moi, la chasteté offre donc un super cadre pour des relations saines qu’elles soient sexuelles ou autres. C’est un peu comme dans Dirty Dancing (admirez la référence cinéaste de la fille) : « ça c’est mon espace de danse et ça c’est ton espace de danse : tu n’envahis pas mon espace et je n’envahis pas ton espace ». Mine de rien, dans envahir l’espace de l’autre le couple danse merveilleusement bien. Et prend son pied.  

This is your space, this is my space



03 février 2015

Cake à a banane "santé" - Banana Honey Bran Bread

 Avantage considérable des changements de caps dans les entreprises et des réorganisations internes: avec un peu de chance il y a eu départ (plus ou moins forcé) de certains employés. Et donc moins de crêpes à faire pour la chandeleur. Parce que maintenant que j'ai fait découvrir cette tradition française au bureau, ils en redemandent. Il va donc falloir faire chauffer la crêpière. En un an, notre équipe aura diminué de moitié pratiquement. Dur dur de continuer à être motivés. Mais c'est peut-être là la pseuso stratégie des nouveaux pdg: démotiver pour faire partir...Qui sait pour combien de personnes je ferai des crêpes l'année prochaine, à moins que ce ne soit dans une autre boîte. 

Loin des crêpes et pour me réconforter de certaines politiques d'entreprise un tantinet anxiogènes, quoi de plus réconfortant qu'une tranche de cake à la banane? Dans ma période très "cake à la banane", j'ai aussi voulu tenter le cake à la banane "santé". Tous les avantages du cake à la banane sans les inconvénients. Enfin presque. On a un peu moins de moelleux, mais honnêtement, tout est là: le goût, le chocolat en prime. Oui, parce que c'est "santé" mais il y a du chocolat. Bourré en magnésium à ce qu'il parait. Donc bon pour le moral. Parfait. Plus sérieusement, dès que l'on met des céréales complètes et pleines de fibres de style All Bran, cela rend les gâteaux plus lents à digérer, cela réduit l'index glycémique et c'est donc meilleur pour toi et ton corps. Sauf à manger tout le gâteau d'un coup. 

Source: Banana Honey Bran bread 

 

banana bread santé

CAKE A LA BANANE "SANTE"

1 1/2 cup de farine
2 cc de levure
1/2 cc de bicarbonate de soude
1/2 cc de sel
1 cup de céréales “all bran”
2 oeufs
1/2 cup de miel
1/4 cup d’huile
1/4 cup de lait
1 1/2 voire 2 cups de bananes écrasées (Plus il y a de bananes, plus le gâteau sera moelleux)
1/2 cup de chocolat en morceaux

Préchauffer le four à 180°

Dans une jatte, batter les oeufs et ajouter lelait, l’huile le miel et les bananes.

Dans un autre bol, mélanger les ingrédients secs, puis les verser sur les ingrédients liquides.

Verser dans un moule à cake et enfourner pour 45mn environ.

 

banana bread santé 2

Posté par tellou à 20:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 janvier 2015

Crazy cake!!! (sans oeuf, sans beurre, ni lait)

Tenterai-je de reprendre un peu le contrôle de mon blog (et donc du temps?) avec cette recette super rapide. Vue sur Sweet little blue bird, je dois avouer qu'elle m'a intriguée. Et puis j'avais envie de m'amuser un peu.

Bon alors, c'est vrai que c'est rigolo de tout préparer dans le même plat, de faire 3 trous et d'y verser les ingrédients liquides, puis de tout mélanger et cuire. L'intérêt que j'y vois est d'abord en terme de vaisselle, puis en terme d'amusement pour les enfants. Parce que sinon, ce n'est pas vraiment facile de fouetter ou bien mélanger dans le plat de cuisson. Et par ailleurs, même si le gâteau est bon et super moelleux, ce n'est pas le meilleur gâteau au chocolat du monde. Les allergiques aux oeufs et aux laitages apprécieront tout de même.

Hop la recette. 

Source: Sweet little blue bird

crazycake 5

CRAZY CAKE


1 1/2 Cups de farine
3 CS de cacao amer en poudre
1 Cup sucre
1 cc de bicarbonate de soude
1/2 cc de sel

1 cc de vinaigre blanc
1 cc d’extrait de vanille liquide
5 CS d’huile végétale
1 Cup d’eau


Préchauffer le four à 180°

Dans le moule de cuisson huilé, mélanger les 5 ingrédients secs. Créer 3 dépressions (3 trous). Dans l’un mettre le vinaigre. Dans le deuxième verser la vanille et dans le troisième verser l’huile. Verser l’eau sur le tout. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène.
Enfourner 30 à 35mn jusqu’à ce que le couteau planté dans le gâteau ressorte propre. 

Eventuellement ajouter un glaçage, ou de la confiture.

 

 

crazy cake 2crazy cake 4

crazy cake 1crazycake 3


Déguster !

 

 crazy cake 6

16 janvier 2015

Je suis catholique, je suis Charlie

charb-charlie-hebdo

Il n’est pas facile de reprendre le clavier pour le premier post de blog de l’année. L’encrier est noir. La plume est lourde.

Retour en France pour les vacances de Noël. 5 ans sans avoir froid dans les rues et se réchauffer les mains avec des marrons ou un vin chauds. Bonheur d’entendre les chants de Noël dans les haut-parleurs des rues. Bonheur de passer à la maison de la presse et avoir le choix de son canard. Bonheur de pouvoir discuter du contenu desdits canards avec l’entourage.

Bonheur de la liberté.

Bonheur et insouciance de se promener dans les rues de Paris, deux ou trois jours avant de reprendre l’avion. Comme se remplir encore plus les poumons de ce qui fait la France. Bonheur de cette liberté.

Liberté d’expression. Liberté religieuse. Liberté d’exprimer sa religion, ou sa non-religion. Liberté garantie par mon pays.

Liberté exprimée par ma religion. Souvent, sous-jacent des critiques que je peux entendre sur ma foi et le fait de croire, reste la critique d’un embrigadement, d’un lavage de cerveau institutionnalisé qui se ferait contre mon gré, contre le gré de ceux qui croient en Dieu comme moi. Suspicion et pointage du doigt vers ceux qui, comme moi, ont cette certitude dans le cœur, mais s’entendent dire qu’ils ne sont potentiellement que des porteurs de guerre.

Alors, à la reprise de janvier de ce blog. Avec le cœur lourd et la plume triste (malgré toutes les fois où j’ai pu me bidonner en lisant leurs pages, et ou parfois je me disais « rhhhôôôô, ils poussent là…. ») , je voulais juste écrire :

Je suis Charlie,

Je suis française

Je suis catholique

Je suis Charlie

Je suis libre

Je suis Charlie

Ma religion me rend libre

Je suis Charlie,

 Si la paix que Dieu me donne est dans mon cœur alors que je pourrais qu’être

Charlie, policière, juive, musulmane, française

#jesuischarlie

 

pape charlie hebdo

26 décembre 2014

Heureux Noël!

La sainte nuit huile sur toile de Carlo Maratta

 

Un monde qui court pour ne pas se laisser attraper

Et puis un Nouveau-Né

L’oubli parfois, souvent, de la fraternité,

Et puis un Nouveau-Né

Tant de raisons de ne pas comprendre, de ne pas voir, d’oublier,

Et puis un Nouveau-Né

Parcelles de divinité perdues sous une humanité piétinée,

Et puis un Nouveau-Né,

LE Nouveau-Né, l’Enfant, l’Homme, le Crucifié, le Ressuscité.

 

Très beau Noël à tous !

Tellou

Posté par tellou à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2014

Tarte au citron

tarte au citron 1

Je venais de recevoir mes cercles à tarte et j'avais envie d'essayer mes nouveaux joujous et pouvoir cuire des tartes de manière un peu plus professionnelle. Que le look en tout cas donne un aspect plus "sorti de la pâtisserie". Du coup, quitte à faire plus professionnel, je me suis lancée dans la recette de la tarte au citron qui était proposée à la pâtisserie où je travaillais en tant que vendeuse il y a de cela....(argh...)

Nous ne sommes pas ici dans la tarte au citron meringuée, mais une tarte à la crème de citron très citronnée, posée sur une crème d'amandes utilisée pour "lester" la pâte sucrée. Le goût d'amandes ne ressort pas énormément (et c'est fait exprès), mais cela apporte indéniablement une certaine douceur. Les recettes de la crème citron et de la crème d'amandes sont celles du pâtissier. La recette de la pâte sucrée est tirée du Larousse des desserts de Pierre Hermé. 

A la dégustation, j'ai retrouvé le goût particulier de ces petites tartes de pâtissier. Un vrai bonheur...

tarte au citron 3

TARTE AU CITRON

Pour la crème citron
20cl de jus de citron ou de Pulco
4 œufs
200g de sucre
175g de beurre
28g de fécule de maïs

Pour la pâte sucrée (Pierre Hermé, le Larousse des desserts)
210 g de farine
85g de sucre glace
1 œuf entier
1cc de vanille liquide
125g de beurre à température ambiante
25g de poudre d’amandes
1 petite cc de sel fin (4g)

Pour la crème amandes :
3 jaunes d’œufs
125g de poudre d’amandes
125g de sucre
100g de beurre

 

Préparer la pâte sucrée

Dans une jatte (ou le robot Kitchenaid équipé de la palette), crémer le beurre et le sucre. Ajouter successivement la poudre d’amandes, le sel, la vanille et l’oeuf. Incorporer la farine. Ajouter les éléments un à un en veillant à bien les incorporer avant chaque addition.

Envelopper la pâte dans un film alimentaire et la laisser reposer 2h au réfrigérateur.

 

Préparer la crème au citron

Faire chauffer le jus de citron.
Pendant ce temps, fouetter les œufs avec le sucre et ajouter la fécule de maïs. Verser le jus de citron chaud sur ce mélange, fouetter, puis remettre dans la casserole. Continuer la cuisson à feu doux en mélangeant doucement avec un fouet jusqu’à ce que la crème épaississe.

Retirer du feu. Laisser reposer 5mn afin que la crème soit chaude mais pas brûlante. Incorporer le beurre en petit morceaux. Bien mélanger et laisser refroidir.

Préparer la crème d’amandes
Crémer le beurre et le sucre. Ajouter les jaunes d’œufs et enfin la poudre d’amandes. Réserver.

 

Montage et cuisson
Préchauffer le four à 190°

Etaler la pâte sur 3mm d’épaisseur et la mettre dans un moule de 20cm de diamètre. Piquer le fond, ajouter la crème d’amandes et faire cuire 20mn (jusqu’à ce que la pâte soit dorée)

Sortir la tarte du four et attendre complet refroidissement avant de répartir la crème au citron. Réserver au frais jusqu’au service.

tarte au citron 2

 

Posté par tellou à 20:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 décembre 2014

Banana bread (excellentissime)

 

Il y a quelques temps, j'ai été prise d'une certaine passion pour le cake à la banane. J'en ai bien fait quelques un en l'espace d'un mois. Je crois que tous nos collègues à Chéri et moi y ont eu droit, ainsi que les différents clubs auxquels je participe. Couplé à ma passion pour le site "King Arthur Flour" où je pioche toujours de supers recettes, principalement de pain, il n'en fallait pas plus pour tomber sur le graal des banana breads: celui aux pépites de chocolats. Celui qui est super moelleux. Celui dont vous avez du mal à ne pas en reprendre une autre tranche. Bref, un gâteau extra et une recette qui restera définitivement dans mon "best-of". 

Hop, la recette!


Source : King Arthur Flour 

 

 

banana bread 2

BANANA BREAD 

100g de beurre mou
140g de sucre brun type muscovado
1 cc d’extrait de vanille liquide
1,5 cc de mélange d’épices à pain d’épices
1 cc de bicarbonate de soude
1 cc de levure chimique
1 cc de sel
350g de bananes bien mûres, écrasées (environ 500g pelées, 3 à 4 bananes moyennes)
85g de miel
2 oeufs
269g de farine
100g de chocolat à cuisiner, grossièrement cassé en petits morceaux


Préchauffer le four à 180° et chemiser un gros moule à cake de papier sulfurisé

Dans une jatte (au robot kitchenaid équipé du batteur), bien mélanger le beurre et le sucre. Incorporer la vanille, les épices, le bicarbonate, la levure chimique, le sel et mélanger. Incorporer à nouveau les bananes, le miel et le œufs. Une fois le mélanger bien homogène, verser la farine et mélanger. Ajouter enfin le chocolat. Verser dans le moule à cake et cuire 45mn

 

banana bread 1

Posté par tellou à 12:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 novembre 2014

Avent dans la ville

 

Parce que quand on attend quelqu'un, en général, on range la maison, on dépoussière, on prépare un bon repas ou un gâteau pour le thé....

Avent dans la ville

Je relaye ici cette excellente initiative que vous connaissez déjà peut-être pour l'avoir faite les années précédentes, ou avoir suivi la retraite de Carême dans la Ville. 

Avent dans la Ville 2014 : "Voici, je me tiens à la porte!"

29 novembre 2014

Où l'on voit que Jésus n'est pas Gandhi...

souq lapins

Lc 19, 45-

Jésus entra dans le Temple, et se mit à expulser les marchands. Il leur déclarait : « L'Écriture dit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »

 

Contrairement à Lourdes ou Rue du Bac ou tous ces sanctuaires où l’on peut trouver des grigris et autres souvenirs un peu kitchouille, les marchands étaient au temple de manière « légale ». En effet, toute personne qui montait à Jérusalem et allait au Temple pouvait acheter des oiseaux et des animaux afin de les offrir en sacrifice à Dieu. Vu que l’on ne pouvait pas payer en monnaie romaine (à cause de l’effigie de César), on changeait l’argent avant de pouvoir acheter sa colombe ou son bœuf. Cela faisait partie des rites juifs, même si par le passé, cela avait été condamné par les prophètes parce que finalement l’on se rapprochait ainsi de la manière de vénérer les idoles païennes. A noter aussi que le Temple de Jérusalem était organisé à l’intérieur de telle manière que plus on entrait, plus on devait être purs. Seuls quelques élus entraient donc dans le « saint des saints ». La plupart des personnes qui faisaient des offrandes restaient sur le parvis.

Ce passage sur les marchands du temple se trouve chez les 4 évangélistes ; on peut donc supposer que la saine colère de Jésus n’est pas anodine. Au premier abord, on voit surtout l’un des rares passages où Jésus se met en colère et s’emporte. Yallah ! Nous qui l’imaginons souvent très « New Age », très « Peace and love mes frères, aimez vos ennemis etc… », ce passage nous rappelle que Jésus n’était pas Gandhi. Cependant, je ne suis pas convaincue que Jésus s’énerve principalement parce que le temple soit transformé en souq et qu’il veuille y faire le ménage. Bien sûr cela peut être source de colère mais la véritable raison derrière n’est-ce pas la condamnation du fait d’aller « acheter » Dieu, aller acheter sa bienveillance? Les juifs du temps de Jésus n’ont pas compris qu’elle est la vraie relation à Dieu. D’où son léger emportement…. On n’achète pas Dieu. On ne lui offre pas prières et offrandes en espérant qu’il veuille bien daigner tourner sa grandeur vers nous autres, pauvres moucherons humains.

Malheureusement pour nous, cette horrible manière d’acheter la clémence de Dieu a perduré (et perdure encore..) avec l’achat des indulgences. C’est terrible parce que je ne crois pas que l’on soit dans le vrai de la relation avec Dieu quand on commence à acheter, à commercer.

L’amour de Dieu, sa clémence, sa miséricorde ne sont pas quantifiables ni négociables. Le temple devait être ce lieu d’accueil de tous et non pas un lieu de discrimination où l’accès au saint du saint est réservé au plus pur et / ou à celui qui paye le plus. Quid de ceux qui restent sur le parvis ? Les plus pauvres, les femmes ?

Cette histoire des marchands du temple c’est un peu comme si nous avions un jardin en contrebas d’un barrage d’eau, et que nous approchions Dieu pour lui acheter deux seaux d’eau histoire d’arroser. Alors qu’en fait c’est nous qui avons les moyens d’ouvrir les vannes pour faire couler l’eau et arroser.  

Par contre, l’on peut toujours se poser la question de la manière dont nous recevons Dieu dans la prière. A quel point sommes-nous soumis à des marchands qui ternissent ce que nous sommes vraiment et qui ternissent notre relation à Dieu? A quel point nous achète-t-on ?

 

barrage

 

14 novembre 2014

Pain de viande (recette de base délicieuse)


Comme les pains de thon et autres pains de poisson, j’aime aussi beaucoup cuisiner des pains de viande pour les dîners en semaine. C’est facile à faire, rapide et c’est surtout très bon. C’est là que j’apprécie encore plus mon robot Masterchef. (Je l’aime mon robot…). En effet, le pain de viande est typiquement l’une de ces recettes où l’on met tout dans le robot, on laisse tourner, et voilà ! Ceci dit, sans robot et à la main, ça marche très bien aussi et c’est super pour qui aime cuisiner à mains nus et sentir les ingrédients. Génial avec les enfants donc. 

Le pain de viande est lui aussi une préparation très versatile : une fois que l’on a la base : viande + œuf + chapelure + assaisonnement , l’on peut varier les plaisirs à l’infini. Mélanger les viandes (Bœuf, Porc, Veau…), faire un glaçage au ketchup, ajouter des légumes (les « planquer » pour les enfants et les grands enfants réticents), ajouter des champignons frais ou secs, insérer des œufs durs etc…. Dans mes pains de viande j’aime ajouter un légume râpé histoire d’ajouter du moelleux. Ici j’ai donc mis une courgette. Cela aurait pu être une carotte râpée, du chou etc…Hop la recette. 

A la maison nous préférons le pain de viande chaud, servi avec des légumes rôtis ou des frites de pomme de terre ou patates douces. On peut aussi le servir avec une sauce tomate ou du "jus" de cuisson d'une viande. Froid, il est parfait avec quelques cornichons voire une sauce tartare. Est-il encore besoin de démontrer toutes les possibilités de cette recette? Hop, la voilà!

Source : Yummly et Food Republic

 

pain de viande 1

PAIN DE VIANDE


1 oignon
1 courgette
400 à 500g de viande hâchée (bœuf ici.)
50g de ketchup
50 g de moutarde de Dijon
1 oeuf
60g de chapelure
Sel, poivre si besoin


Préchauffer le four à 200°

Avec la rape du robot, râper la courgette. Changer le disque de rape pour le couteau. Incorporer tous les ingrédients restant dans le bol du mixer et mixer jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Ajuster l’assaisonnement.

Sans robot, on peut aussi râper la courgette, émincer l’oignon finement et mélanger tous les ingrédients à la main, dans une jatte. A la main, c’est très bien aussi !

Verser la preparation dans un moule à cake. On peut aussi faire un tas de type bûche sur une plaque à four. Enfourner 45mn environ.

pain de viande 2

06 novembre 2014

Gâteau à la courgette et éclats de chocolat

Encore des tonnes de chocolat à écouler depuis les visites de bienvenue au nouveau bébé. Et même si j'aime le chocolat, j'ai quand même une mission de retrouver la ligne histoire de rentrer à nouveau dans les habits du boulot. Exit donc les chocolats par une reconversion gourmande. Je tiens néanmoins à préciser que du coup, en toute logique, je ne mange pas ces beaux cakes que je cuisine (à part le mini-cake "test"), qui repartent illico au labo de Chéri. Ses collègues sont ravis.

Donc en plus du chocolat à la maison,les magazines de cuisine regorgent de ces cakes aux légumes : cake à la carotte, à la courge et à la courgette. J’adore ça. Incontestablement les légumes apportent un moelleux parfait sans être des cakes salés. Loin de là. 

Il n'y a plus qu'à combiner les deux. 

Pour le cake à la courgette, mon préféré et plus ancien auquel je suis accro est celui-ci. Comme bon nombre de blogueuses, j’ai bien sûr essayé celui au chocolat de Clothilde qui est vraiment délicieux. Et il y a aussi celui-ci à la noix de coco, carrément gourmand. L'essai d'aujourd'hui est vraiment bon. Un chouette compromis entre mon gâteau à la courgette préféré et ceux au chocolat. Super moelleux et super miam 
Les proportions sont pour deux cakes ou un gros gâteau dans un moule de 27 à 30cm de diamètre

Source :All recipes http://allrecipes.com/recipe/moms-zucchini-bread/

gâteau courgette chocolat 1

CAKE A LA COURGETTE ET ECLATS DE CHOCOLAT

Pour deux cakes ou un gros gâteau

3 Cups de farine
1cc sel
1cc bicarbonate de soude
1cc de levure en poudre
3cc de cannelle
3 œufs
1 cup d’huile végétale
2 cups de sucre
3cc d’extrait de vanille liquide
3 cups de courgette râpée
10 boules pralinés chocolat type ferrero ou truffes

Préchauffer le four à 180°

Mélanger les éléments secs : farine, sel, bicarbonate, levure, cannelle, sucre.

Mélanger les éléments « liquides » : œufs, vanille, huile et courgettes.

Verser les éléments liquides sur les ingrédients secs et mélanger. Ajouter les truffes coupées en morceaux.

Répartir la pâte dans deux moules à cake ou un gros moule à manqué.

Pour les cakes, enfourner 1h. Compter 1h20 pour le plus gros gâteau.

 

gâteau courgette chocolat 2



Fin »