© La Vie

Il y a des jours où je reçois des gros yeux ronds étonnés, déconcertés. Forcément, quelqu’un qui, à la machine à café vous tient un jour un discours féministe (comment ça, j’ai droit à des post-its roses pour mon bureau parce que je suis une fille ?) et le lendemain vous aide à monter la cérémonie de baptême de votre petit dernier, ça vous remue le ciboulot. Elle n’est pas schizophrène au fond la fille ? Catho et féministe ce n’est pas vraiment compatible hein… ? Et si, pourtant, c’est non seulement super compatible, mais vraiment nécessaire ! Avant de vous donner douze bonnes raisons, j’ajoute juste que j’entends par féminisme (gros raccourci), la défense de l’égalité entre hommes et femmes, et non la supériorité des femmes sur les hommes. C’est une évidence, mais c’est bien de la rappeler. Donc 12 raisons les filles pour faire lever vos voix (et pas que dans l’animation de la messe dominicale…)

 

1 - Parce qu’au lieu d’être à la traîne, les chrétiens devraient être les plus à même à promouvoir l’égalité entre les sexes, entre les races, bref, entre toutes les personnes. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est St Paul quand il écrit aux Galates : « vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » On rajoutera que Jésus a valorisé et protégé les femmes. Sans condescendance. Sans les considérer à part. L’inégalité dans l’Eglise ce n’est pas normal, ce n’est pas une tradition, et ce n’est pas une fatalité.

 

2 - Parce que la moitié de l’humanité est constituée de femmes. Donc la moitié de l’Eglise est constituée de femmes. Une Eglise qui ne tourne que par les hommes et pour les hommes, passe à côté de la moitié de sa communauté. Or l’Eglise est un corps (cf st Paul) : cela fait des siècles que l’Eglise s’auto-ampute.

3 - Parce que l’Eglise est comme le reste de la société : bâtie sur des schémas patriarcaux de domination masculine. C’est bien normal : elle s’est implantée dans des cultures différentes en absorbant la culture (patriarcale prédominante). Elle a eu beau venir avec de beaux arguments plus égalitaires il a bien fallu qu’elle se coule dans certains moules sociaux. Or oui, cela relève de représentations sociales. Donc, comme les autres mouvements féministes, au sein de l'Eglise il faut casser ces moules patriarcaux.

4 - Parce que quand on est catholique, ce qui compte le dimanche c’est la communion avec toute l’Eglise. Tu vas à la messe non seulement pour revoir tes amis et tailler la bavette, mais aussi pour te reconnecter avec toute l’Eglise par la prière. En Jésus, nous sommes tous unis. Sauf que moi, quand je vais dans un endroit pour « communier », mais que dès que je rentre, je sens que la communion ne va concerner que la moitié de l’Eglise, cela m’agace vois-tu. Parce que d’un côté, on ne peut pas dire qu’on est une grande et belle famille qui communie, et n’avoir par exemple que des garçons enfants de chœur (et pas des filles, qui elles, sont à l’accueil parce que tu comprends, c’est dans leur vocation alors que les garçons pourraient avoir la vocation d’être prêtre). Tu commences avec les petites filles et le message que tu envoies à toute une communauté c’est : de toute façon, de par votre sexe, vous ne serez jamais égaux. Et ça, je suis désolée, mais ce n’est pas catholique. Alors, la communion du dimanche, elle me reste entre le gosier.

5 - Parce qu’il y en a marre d’entendre le Magistère nous dire que si les prêtres sont des hommes c’est parce que les Douze Apôtres étaient des hommes. Et alors ? On notera au passage que c’est justement l’un des Douze qui a trahit Jésus, mais bon ça hein, ça a dû leur passer à côté. C’est à une femme (Samaritaine) que Jésus a demandé de l’eau et a montré que sa mission était universelle (Pour autant, la vocation de « missionnaire » ne s’adresse pas qu’aux femmes). C’est à des femmes que Jésus s’est montré ressuscité. Mais bon, ça, ça doit être du pipi de chat théologique à côté…..

6 - Parce que quand il s’agit du mariage, le magistère nous ressort le coup d’Adam et Eve, créés tous les deux à l’image de Dieu et donc complémentaires. Donc pour le mariage, il faut les deux, à égalité. Par contre, pour le reste du temps, dans nos communautés, la femme passe après l’homme (c’est bon, le coup de la cote d’Adam, on connait…)

7 - Parce que chez les cathos comme dans beaucoup d’autres domaines de la société où il y a des femmes qui sont expertes, l’on ne fait encore appel qu’à des hommes. Chez les cathos c’est pareil : la parole d’un frère aura souvent plus de poids que celui d’une religieuse. Idem pour toutes mes sœurs diplômées en théologie qui ne feront jamais que s’amuser tandis que les vrais experts seront les hommes.

8- Parce qu’il faut proposer des femmes auxquelles les petites filles peuvent s’identifier. Cela commence par les femmes de la Bible, mais cela continue aussi par les saintes et par celles qui font notre quotidien. Si dans nos églises, in fine, ce sont des hommes (du prêtre au pape) qui guident une communauté, quel est le message envoyé aux filles ? Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, aider vos paroisses du mieux que vous pouvez, mais jamais vous ne serez un « pasteur »… Ça s’appelle un « plafond de verre » en langage de féministe.

9 - Parce qu’on n’a pas à me dire comment je dois m’habiller pour aller prier (couvre ta tête, pas de débardeur, jupe à la bonne longueur etc…).A priori dans une Eglise, je viens prier. Ce qui se passe entre Dieu et moi ne regarde personne. Je ne suis pas là pour faire autre chose. Si tu as peur que je « racole » c’est que tu n’es pas certain de pouvoir gérer tes pulsions sexuelles. Mais là, mon ami, ce n’est pas aux femmes à ne pas créer ces pulsions, c’est à toi à apprendre à les contrôler.  Hommes ou femmes, une tenue décente (normale quoi) est plutôt de mise. A priori, on ne va pas à la messe comme on va à la plage (sauf si on était aux JMJ de Rio….)

10 - Parce qu’il y en a assez de voir des hommes, assez âgés de surcroît, débattre des positions de l’Eglise sur des problèmes qui concernent avant tout les femmes : la famille (autant qu’on sache, vu que le magistère défend le modèle homme+femme, cela semblerait logique de demander leur avis à l’autre moitié du couple), la contraception (oui, cela semble étrange d’entendre des messieurs d’un certain âge parler stérilet et pilule sans nous…), voire l'avortement

11 - Si l’on regarde les stéréotypes de genre véhiculés par l’Eglise catholique (les femmes sont naturellement accueillantes, maternelles, ouvertes, à l’écoute etc…) alors je suis désolée mais les hommes n’ont rien à faire dans des fonctions où l’accueil, l’écoute, la faculté de « materner » une communauté sont primordiaux : aller, au hasard : prêtre. Ben oui, les stéréotypes, ça pourrait marcher dans les deux sens. C’est nul un stéréotype ? Je suis bien d’accord

12 - Parce que la plupart des courants féministes rejettent en bloc les religions qui asservissent les femmes. On ne peut les blâmer de voir une certaine réalité. (cf point 3) Est-ce pour autant la peine de jeter le bébé avec l’eau du bain ? : pas si certaine. Ce n’est pas parce qu’on est catho et que l'on a la foi qu’on est des quiches non plus. Eh oui, on peut croire en Dieu et défendre l’égalité hommes-femmes. Voire même pour certaines d’entre nous, défendre la contraception, le remariage des divorcés etc…

 

 

catholic feminist