21 juillet 2012

Par devoir ou par amour ? (J’aime les règles à la con).

 Matthieu,12, 1-8 En ce temps-là, Jésus passait, un jour de sabbat, à travers les champs de blé, et ses disciples eurent faim ; ils se mirent à arracher des épis et à les manger. En voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! » Mais il leur répondit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, ainsi que ses compagnons ? Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de... [Lire la suite]

20 mars 2012

Deuxième effet KissCool + sac à main de bonne femme : une révision très perso de Matthieu

Mtt 5,47-19 Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des... [Lire la suite]
17 octobre 2010

Un bout de peau a bien faillir faire éclater la chrétienté !

J'ai trouvé cette lettre de St Paul dans les lectures de la semaine. Elle m'a inspirée parce que j'en ai un peu assez en fait de voir ici et là, toujours les mêmes recommandations envers les croyants. On reste (voire à certains moments on est de plus en plus) dans un schéma de "fais pas ci, fais pas ça", "pour être un bon chrétien, que dis-je catholique, faut faire ça" sous peine d'être vite taxé d'hérétique, voire pire: de "protestant"! Moi ça me fait halluciner et hurler. D'une part, parce que quand je... [Lire la suite]
15 octobre 2008

Dans la famille des « Yakafaireça », je voudrais des cathos zélés.

Lc 11, 42-46 Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue, et vous laissez de côté la justice et l'amour de Dieu. Voilà ce qu'il fallait pratiquer, sans abandonner le reste. Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers rangs dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Malheureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu'on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. »... [Lire la suite]