Salomon et la reine de Saba

L’autre jour alors que je faisais une petite balade sans conséquence sur internet, je tombe sur un texte qui indique que si si, Jonas a bien été avalé par un poisson, dont il est sorti 3 jours plus tard. Il y a quelques années, quand j’étais dans mon groupe de jeunes Pros  aux Etats Unis, des personnes fort bien intentionnées nous ont dit que c’est Dieu lui-même qui avait uni Adam et Eve dans le jardin d’Eden.  Je suis toujours épatée quand je lis ici ou là des âneries pareilles, ou que j’entends des personnes qui écrivent ou disent « ahhh mais c’est marqué dans la Bible !!!», et donc à prendre au pied de la lettre.

Et la….hummm, comment vous dire….

Du coup, je ne vais pas y aller par 4 chemins : ce qui est marqué dans la Bible c’est parfois de la grosse blague. Du hoax biblique. Du grand n’importe quoi. Pourquoi ?

-          Parce que parfois ce sont des contes. Vous croyez vraiment que Hansel et Gretel ont mangé une maison en pain d’épices appartenant à une sorcière ? non ? Vous croyez vraiment qu’il y a un jardin avec Adam et Eve ?

-          Parce que les rédacteurs étaient un peu marseillais sur les bords, et avaient une légère tendance à l’exagération : c’est notamment très visible quand on vous décrit un roi avec ses armées. Ce sont des êtres humains comme vous et moi qui ont écrit la Bible : quand on veut vanter quelqu’un, on lui donne de super attributs (3000 chars et chevaux, 600 femmes, des superpouvoirs etc.…)

-          Parce que, comme je l’ai écris juste avant : il n’y a pas un seul rédacteur de la Bible, mais plusieurs. Chacun y va donc de son style, de sa manière de raconter. Et en plus a des périodes diverses qui s’étalent sur plusieurs siècles, d’où certains ratés parfois.

-          Parce que les histoires ont été écrites deux fois, trois fois et qu’on les retrouve à plusieurs endroits dans la Bible, voire même, dans un même paragraphe.  On retrouve Salomon par exemple dans le livre des Rois mais aussi dans les deux livres des Chroniques A l’époque, ils faisaient un peu du copier-coller, voir de l’insertion de texte, du rajout au milieu de texte préexistant.  Relisez le début de la Genèse et donc l’histoire de la création du monde. Elle vous est racontée deux fois de suite, de deux manières différentes. Si l’on veut prendre les textes au pied de la lettre, lequel on prend ?

-          Parce qu’il y a des personnages qui sont mythiques, plus qu’ils n’ont réellement existé. Nous avons la preuve qu’il a existé une dynastie royale issue de David mais nulle trace de Salomon. De la même manière,  les Sabaiens étaient un peuple du sud de la péninsule arabique (Yémen actuel) qui s’est étendu sur la corne africaine, mais dont les chefs étaient mâles. Pas de Reine de Saba non plus donc. Sauf en gâteau. Recette à venir dans ces pages.

Bref, l’on pourrait continuer la liste sans fin.

Mais est-ce vraiment ce que l’on attend d’un livre comme la Bible ? Qu’il nous dise exactement comment certaines choses se sont déroulées ? Est-ce un manuel de biologie ? De physique ? De sciences politiques et de diplomatie ? Est-ce un manuel d’histoire ?

A l’opposé, si l’on n’y voie que des contes, cela peut être très enrichissant pour notre culture littéraire, mais tout aussi limité.

 

Justement, la Bible n’est pas le dernier Max Gallo ou le recueil des contes de Grimm. C’est un recueil d’histoires, d’une Histoire : celle de la relation d’un peuple avec ce qu’elle nomme « Dieu ». Et du coup, il y a beaucoup plus à chercher que des histoires. Et la partie « magique » de cette recherche, est que plus vous lisez, plus vous cherchez à comprendre, plus vous relisez, et plus vous découvrez des choses, plus vous êtes éclairés. C’est un peu comme un pull que l’on détricoterait : au bout il ne reste pas une pelote. Mais plus on détricote et plus on obtient un pull encore plus grand et encore plus chaud. La Bible est pareille : faire tomber certains mythes, appeler un « conte » un « conte », ne donne pas moins de valeur à ce qui est écrit. Au contraire. Parce qu’à force on n’arrive pas à « rien » ou « bof » mais à quelque chose de beaucoup plus riche et plus nourrissant spirituellement. 

 

va_fairytales_grimm_03