déco noel

La vie sans Dieu se serait un peu comme une bûche de Noël sans déco dessus et mangé tout seul : totalement inintéressant et vain. Car le top dans une bûche, je ne sais pas vous, mais pour moi c’est de la faire (ou de l’avoir) avec plein de déco bien kitchouille : la petite scie dorée, le sapin en plastoc vert, la petite branche de houx etc… Le top du top c’est de partager la bûche en famille, avec les amis…

Et bien pour moi probablement qu’une vie sans Dieu cela pourrait ressembler à ça : une vie sans déco et sans personne. Une vie sans détails kitchouilles, sans saveur et surtout sans famille ni amis. Une vie absurde. Une vie totalement vide. Une vie de néant. Parce que pour ça, je ne sais pas comment c’est chez vous, mais chez moi, il y a de quoi remplir une petite hotte d’évènements bien absurdes, bien pas rigolos du tout, du genre la grosse baffe dans la tronche. Bon, je ne vais pas faire pleurer dans vos chaumières non plus : il y a aussi des moments de vraie joie et de vrai bonheur chez moi aussi.

Bref, je crois que dans une certaine mesure, Noël nous délivre de cette absurdité parce que Dieu est venu vivre parmi les hommes.  Je sais qu’à priori, ça n’a rien à voir avec le schmilblick, et que ça parait complètement loufoque comme démarche intellectuelle. Mais si, bien sûr, car Dieu décide de venir voir un peu ce que c’était que cette vie d’homme, cette vie avec ses douleurs, ses joies, ses moments absurdes, ses moments de franche rigolade. Dieu prend cette vie, notre vie, un peu à bras le corps, en arrivant comme un enfant. Dans une mangeoire. En grandissant, vivant, et mourant en homme. Et du coup, la vie de l’homme n’est plus une vie qui « compte pour du beurre », une vie sans rien, sans saveur parce qu’il est ancré dans une histoire. Une Histoire en fait. Parce que Dieu qui le prend par la main, ce Dieu superpuissant sans être superman-antimal, n’annihile pas le mal et l’absurdité, mais il les conduit ailleurs. De la même manière que Dieu est devenu un acteur du destin de l’Homme, l’Homme va être un acteur de Dieu. Car Dieu est partout dans la vie de l’Homme et l’Homme devient témoin de cette présence. Car c’est en agissant, dans sa petite vie, au quotidien, en riant et en pleurant, que chacun nous sommes des visages de Dieu. Il n’y a plus de vie qui compte pour rien, il n’y a plus que des vies qui valent la peine d’être vécues. Car toutes ces vies préparent le Royaume de Dieu.

Alors pendant cette période de l’Avent, cette période de préparation (ben oui, la bûche il faut bien la préparer un peu à l’avance si on veut la déguster entre amis non ?), le but est de s’imprégner de la présence de Dieu dans nos vies. Dans ma (petite) vie. Challenge, challenge.

Et vous, vous vivez l’Avent comment ?

 

PS : Pendant la période qui va aller jusqu’à Noël je mettrai en ligne des textes, prières ou poèmes qui donnent des recettes de bûches de Noël, euh pardon, je veux dire qui donnent une vision de la présence de Dieu.

buche-noel-jean-paul-hevin