2e dimanche de l'Avent. Aujourd'hui je voulais partager avec vous ce poème, ce credo de Lucien Jacques, poète et artiste germano-pratin et ami de Giono. Pourquoi cet Ode à l'Homme alors qu'à priori l'Avent est ce temps d'attente de Dieu? Parce que je pense sincèrement que Dieu aurait pu écrire ce poème. Je pense que Dieu non seulement aurait pu écrire ce poème, mais c'est parce qu'il y croit tellement, en l'homme, en ses capacités, qu'il a envoyé son fils. Il croit tellement en l'homme qu'il a décidé de tenter l'expérience et vivre en homme et nous mener vers Lui. 

liban_3eme_jour_028


JE CROIS EN L’HOMME

Je crois en l’homme, cette ordure,
je crois en l’homme, ce fumier,
ce sable mouvant, cette eau morte ;

je crois en l’homme, ce tordu,
cette vessie de vanité ;
je crois en l’homme, cette pommade,
ce grelot, cette plume au vent,
ce boutefeu, ce fouille-merde ;
je crois en l’homme, ce lèche-sang.

Malgré tout ce qu’il a pu faire
de mortel et d’irréparable,
je crois en lui,
pour la sûreté de sa main,
pour son goût de la liberté,
pour le jeu de sa fantaisie,

pour son vertige devant l’étoile,
je crois en lui
pour le sel de son amitié,
pour l’eau de ses yeux, pour son rire,
pour son élan et ses faiblesses.

Je crois à tout jamais en lui
pour une main qui s’est tendue.
Pour un regard qui s’est offert.
Et puis surtout et avant tout
pour le simple accueil d’un berger.


Lucien Jacques