ZkaleanConstantine

Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Jn 3, 17


Je reviens aujourd'hui sur ce bout d'Evangile de Jean lu à la messe d'hier. Que voulez-vous, ça me trotte dans la tête...

Le "jugement". C'est un mot qui recouvre une réalité terrible. Un problème, un crime? Il faut un fautif et donc un jugement. Juger si telle ou telle action est bonne ou mauvaise. Plus grave: juger si telle ou telle personne est bonne ou mauvaise.
Juger nos actions de notre vivant, ou les juger à notre mort? Vivre dans la crainte du jugement des autres tous les jours, mais aussi, pour certains croyants, la crainte du jugement de Dieu?
Je vis dans un pays où cette crainte est palpable et où la religion est quand même basée sur ce jugement. Je trouve que c'est enfermant pour une personne.
Il est tellement facile d'émettre un jugement. C'est pire qu'un simple avis sur un comportement, c'est un couperet.

J'ai toujours eu du mal avec ce principe de "Dieu venu pour juger le monde" et ce que je considère comme une image d'Epinal, à savoir qu'à ma mort, Dieu me jugera et j'irai soit au paradis (avec Clooney et du nespresso) soit griller en enfer (où les acteurs y sont moins sexy que George). J'ai du mal à y croire. Peut-être suis-je tout simplement une mauvaise catholique qui n'y a rien compris (c'est fort possible).
Mais en même temps, mon instinct, à la lecture des Evangiles, dont ce texte de St Jean, me font penser que mes actes ne seront pas jugés après ma mort, mais qu'ils sont plutôt évalués au jour le jour. Et puis, qu'en fait il ne sagit pas de cumuler les bons ou les mauvais points et de marchander avec Dieu le jour où l'on se trouve face à face, mais peut-être plus de me responsabiliser dans mes actions quotidiennes. Et que Dieu a confiance en moi sur ce coup-là.

Je trouve infantilisant de gagner des bons points de conduite pour qu'au "jugement dernier", tout soit ok avec Dieu. J'ose plutôt croire que justement, Jésus est venu sur terre, a pris notre condition humaine, est ressuscité, pour nous dire que c'est à nous, en tant qu'hommes responsables et libres, de choisir au jour le jour, du mieux que nous pouvons, entre le bien et le mal. Justement, Jésus n'est pas venu pour faire la super-police et commencer à faire le tri entre les gentils et les méchants. Je crois plutôt qu'il est venu nous rendre visite pour nous dire que les chemins que nous choisissons dans la vie doivent conduire à la lumière, au bien, pour les autres. Je crois qu'il nous "sauve" parce qu'il enlève de nos épaules ce poids du "jugement" (bon sang, je vais me prendre une sacrée raclée par Dieu si je me conduis mal!), pour nous accompagner à trouver ces voies qui font de nous des êtres de bien. C'est notre voie de Baptisés: nous sommes responsables, libres de choisir entre le bien et le mal. Mais, à priori, parce que nous sommes baptisés et que nous mettons nos pas dans ceux du Christ, nous sommes plutôt orientés vers le bien..., Inch Allah!

PS: si ça se trouve, je me plante complètement sur l'Enfer et le jugement. Si vous avez de bonnes références théologiques à m'apporter pour me remettre dans le droit chemin de la Vérité, et ne plus restée une impie, merci de sauver mon âme.

Rhôôô, et puis ça, c'est juste pour le plaisir:

nes4